Historique de l'EMIA

La défaite de 1870 fait naître le besoin d'une formation complémentaire pour les officiers de recrutement interne. Des écoles d'armes sont créées à Avord, puis Saint-Maixent pour l'Infanterie, Saumur pour la Cavalerie, à Fontainebleau pour l'Artillerie et à Versailles pour le Génie.

En 1940, les écoles d'armes sont regroupées à Aix-en-Provence jusqu'à leur fermeture en 1942 suite au franchissement de la ligne de démarcation.

Le besoin constant de jeunes officiers pour encadrer l'Armée française renaissante en Afrique du Nord entraîne la création d'une école d'élèves Aspirant à Cherchell en Algérie. Cette école rassemble alors les élèves officiers de toutes origines, et devient en 1944 l'École Militaire Interarmes, qui est transférée à la libération au camp de Coëtquidan.

Le Général de Lattre de Tassigny remet à l'école son drapeau en 1946.

En 1947, l'EMIA devient l'École Spéciale Militaire Interarmes et en 1949 elle a repris pour emblème l'ancien drapeau de Saint-Cyr. En 1961, le Général De Gaulle décide de séparer les deux écoles; l'EMIA retrouve alors son drapeau.

En outre, l'École reçoit en don de l'Épaulette en 1967 l'ancienne devise de l'École Militaire d'Infanterie et des Chars de Combat de Saint-Maixent: "Le travail pour Loi, l'Honneur comme Guide".

Le Drapeau de l'École Militaire Interarmes a été décoré en 1962 de la Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures avec palme, décernée à l'ESMIA en 1953. En 1968, elle reçoit la Croix de Guerre 1939-1945 avec palme, décernée en 1949 à l'ESMIA. Enfin, pour renouer avec les traditions de l'École de Cherchell, elle reçoit la Croix de Guerre 1939-1945 avec palme et agraphe "Cherchell".

À ce jour, l'École Militzire Interarmes et les écoles dont elle est issue ont formé plus de 40 000 officiers. Plus de 7 000 d'entre eux sont morts au service de la Patrie.

.

Aller au haut